formation douleur

Reprendre la main face au poids des autres

Une histoire comme tant d’autres – Moi et ma douleur Je m’appelle Marie, 46 ans. J’ai des douleurs cervicales chroniques depuis 20 ans. Je réalise aujourd’hui qu’une grande partie de mon parcours sur cette problématique a été imposé par les autres. Ou plutôt, je dirais, que j’ai laissé les autres décider pour moi. Le point de départ, ça a été une sortie dans un parc d’attraction avec mon petit ami de l’époque. La bande de copains était partante pour une sorte de train qui partait en accélération à la verticale en quelques secondes. Je ne le sentais pas, mais j’ai cédé, poussée par le groupe. Et ça a été le début de mes douleurs au cou, associées à des maux de tête fréquents. Mon parcours de santé m’a ensuite fait croiser certains thérapeutes qui m’ont imposé leurs techniques, comme cet ostéo qui m’a manipulée sans me prévenir. Le craquement cervical a été une chose, mais […]
Lire la suite de l'article

Série « Moi et ma douleur »

L’objectif de cette catégorie est de proposer des vécus et des retours d’expérience pour aider à la compréhension mutuelle entre personnes touchées de douleur et leurs proches ou leurs soignants. La douleur ne se voit pas. De nombreuses personnes se retrouvent dans une errance médicale. Et parfois les relations avec l’entourage, proche ou à l’extérieur, peuvent être une difficulté supplémentaire. Dans cette rubrique, l’idée n’est pas de faire un étalage de toutes les pathologies douloureuses pouvant exister. Ces articles n’ont pas non plus pour but d’étaler plainte et apitoiement. Non, l’idée de ces partages est de mettre en avant les obstacles mais aussi les solutions trouvées, de souligner les astuces et les débrouilles au quotidien de tous les héros qui nous entourent, de se laisser inspirer par ces vécus exceptionnels. Je ne peux que souhaiter par conséquent que vous, en tant que personne douloureuse vous trouviez une façon de vous faire entendre ! en tant que […]
Lire la suite de l'article

Expliquer la douleur – pourquoi s’investir dans ce projet ?

La question est double car elle vous concerne dans votre choix de participer ou non à ce projet de traduction du livre Explain Pain – Expliquer la douleur, et elle s’applique aussi à moi. Pourquoi participer au projet ? Parce que le sujet des neurosciences est passionnant. Dans le domaine de la douleur, nombreux sont les cliniciens, les formateurs et étudiants, les chercheurs, passionnés et accros à tout ce qu’ils pourraient en apprendre de plus. Pourquoi ? Parce que les neurosciences de la douleur sont fantastiques, stimulantes et source d’espoir ! Parce que ce livre pour comprendre et expliquer la douleur est lui-aussi fantastique, stimulant et source d’espoir ! Par ailleurs, nombreuses sont les personnes touchées par la douleur qui ont vécu l’intérêt d’un traitement basé sur les connaissances actuelles. Nombreuses sont celles, aussi, qui gagneraient à mieux comprendre ce qui se passe directement en elles ou chez leurs proches douloureux. Ces particuliers trouveront dans ce projet collaboratif […]
Lire la suite de l'article

Face à la douleur : différentes paires de lunettes 🤓 😎

Chacun a sa propre conception de la douleur. Sa propre explication de pourquoi telle ou telle douleur, chez soi ou chez l’autre. Existe-t-il d’autres visions possibles ? Quelles sont les paradigmes les plus répandus actuellement ? On parle d’une nouvelle approche de la douleur. Mais finalement c’est quoi cette nouvelle vision de la douleur ? Reconceptualisation de la douleur La conception la plus communément admise pour la douleur est celle d’une origine biomédicale. Ainsi, de façon linéaire on considérera un lien direct entre atteinte tissulaire et douleur, dans un sens comme dans l’autre. Dans cette vision de la douleur donc, on considérera que s’il y a une douleur, c’est qu’il y a une lésion tissulaire, biologique, pathologique. Et inversement que s’il y a une lésion, il y aura une douleur, proportionnelle au degré de lésion. Ce modèle biomédical a encore la vie dure. En effet, pendant longtemps la seule alternative à un problème douloureux où on ne […]
Lire la suite de l'article

La douleur, une occasion de sortir de sa zone de confort

Comme me disait une des premières patientes que j’ai pu traiter avec une approche moins biomédicale et plus globale : « si j’avais pu choisir, j’aurais préféré ne pas avoir de douleurs. Mais finalement cette expérience m’a permis d’apprendre des choses sur moi ». Dans cet esprit, pourrait-on voir la douleur comme un tremplin, une excuse ou une incitation à changer d’habitudes, à faire évoluer nos croyances et nos comportements ? En bref, pourrait-on voir la douleur comme un levier pour sortir de notre zone de confort ? La zone de confort, qu’est-ce que c’est ? Partons d’une définition de cette zone de confort d’un point de vue psychologique. On parle d’un état dans lequel une personne se sent à l’aise. Il s’agit d’un positionnement connu qui assure un faible niveau d’anxiété, et qui évite le stress de trop de nouveauté. Ainsi la zone de confort permet un niveau stable d’émotions, d’activité, de performances. C’est un espace de sécurité. Mais […]
Lire la suite de l'article

La douleur, c’est parfois comme se faire larguer

J’imagine que ces paroles de Calogero ne parlent pas qu’à moi 😉 Vous avez sûrement vécu directement ou soutenu un proche qui a vécu ce clash 💔, parfois inattendu et incompréhensible, dans une relation de couple ! Et si la douleur était parfois tout aussi incompréhensible… Cette métaphore va explorer les similitudes entre douleur et rupture amoureuse. Non pas à dire que toutes les ruptures amoureuses 💔 et toutes les douleurs se calquent sur le même modèle ! Mais cette analogie sera bien parlante pour certains et permettra des déclics et des prises de conscience pour avancer.   Quand l’amour coule de source Tout est tellement naturel quand on est en couple. On se dit que le quotidien va se dérouler sans qu’on ait trop besoin de se forcer. On prend certaines habitudes pour acquises. Ça vous est peut-être arrivé ? Et puis le jour où tout s’écroule 💔, vous ne comprenez rien. Vous n’avez […]
Lire la suite de l'article

Ma vision du futur, du béton à la transmission pérenne

Je m’appelle Marie Bacelon et j’ai créé ABC Douleur. Pourquoi ABC Douleur ? On pourrait dire que je suis arrivée là par hasard 😏. Mais que j’ai tout fait pour que ça arrive 😀! Après un début de carrière kiné confortable, j’ai décidé de transmettre ma passion pour la révolution dans la prise en charge de la douleur. Voici quelques moments forts qui expliquent pourquoi mon parcours m’a amenée jusqu’ici, et ce qui me motive pour la suite. En effet, rien ne me prédestinait à organiser des formations sur la douleur. De formation scientifique, je m’étais lancée dans une carrière d’ingénieur dans le génie civil. Tête dans le béton, et mains dans les plans et les chiffrages (ou inversement 🤪). Je me suis reconvertie en kiné libérale pour être autonome dans mon métier et choisir mes horaires. C’était tellement dur d’être à 8h au boulot 😴, moi qui suis du soir. Et, par dessus tout, […]
Lire la suite de l'article

La douleur, c’est parfois comme les monstres sous le lit

Je suis fan de Calvin et Hobbes depuis que Renae, assistante d’anglais au lycée m’a fait découvrir ce duo attachant. Un des thèmes récurrents de cette BD est celui des monstres sous le lit. 😨 Ainsi Calvin va régulièrement leur demander s’ils sont là (et ils répondent que « NON » 🤞, bien sûr).Imaginons que son père sorte en éteignant la lumière et sans vérifier sous le lit. Il peut alors se faire toute une histoire. Ce qui l’amènera à des choix extrêmes (et bien rigolos en ce qui me concerne 🤣).Il va par exemple : chercher à s’échapper par la fenêtre ou démonter sa chambre pour attaquer ces monstres, au grand dam de ses parents ☹️ qui attendent juste qu’il éteigne la lumière et s’endorme enfin ! Peut-être l’avez-vous expérimentée cette peur des monstres 😨, vous-même enfant ou en tant que parents. Peut-être vous rappelez-vous que cette peur des monstres 😨 sous le lit […]
Lire la suite de l'article

Se libérer de pensées plombantes

Une histoire comme tant d’autres – Moi et ma douleur Je m’appelle Joëlle, je suis une femme de 60 ans. Je vis avec la douleur depuis 24 ans. On m’a diagnostiqué il y a 20 ans une fibromyalgie. Vous pouvez découvrir, dans un précédent témoignage, l’état d’esprit et le changement de vision de la douleur qui a eu lieu. Déclic – C’est dans ma tête C’est dans ma tête et c’est déprimant A l’époque, conseillée par mon médecin, je suis allée écouter une conférence sur la fibromyalgie avec des médecins et des psychologues qui sont venus parler. Quand je suis sortie ce que j’ai retenu c’est que : c’était dans ma tête, que la seule solution c’était de prendre des anti-dépresseurs. Ce que j’ai compris de tout ce qu’ils ont dit : c’est qu’on est fou, que c’est psychologique, que c’est dans notre tête. J’ai ressenti qu’ils n’étaient là que pour nous enfoncer. Parce que c’était transmis […]
Lire la suite de l'article

Rester positive malgré les écueils

Une histoire comme tant d’autres – Moi et ma douleur Je m’appelle Joëlle, je suis une femme de 60 ans, avec une vie plus ou moins chaotique. La douleur s’est installée petit à petit dans ma vie, ça fait 24 ans ! Je réalise aujourd’hui qu’une grande partie de mon évolution positive sur cette problématique est liée à mon envie de toujours avancer et découle aussi de l’écoute de personnes qui m’ont guidée sur ce chemin de récupération. J’ai été diagnostiquée fibromyalgique en 2000, et ça faisait déjà 3 ans que j’avais mal et que je passais d’un médecin à l’autre. Le premier truc que j’ai eu, c’est qu’un jour je me suis réveillée et que je ne pouvais plus marcher. On m’a prescrit des médicaments et des examens complémentaires qui n’ont rien montré. Ça a duré quelques jours et puis je suis repartie, comme toujours ! Puis, après, ça a été d’autres symptômes au niveau des […]
Lire la suite de l'article

Métaphores sur les douleurs arthrosiques d’origine biomécanique

Imaginez un instant que vos surfaces articulaires soient comparables aux plaques tectoniques présentes à la surface de la Terre. En effet, ces dernières peuvent glisser l’une sur l’autre, diverger, converger jusqu’à se rencontrer et se déformer pour aboutir à la formation d’un volcan qui peut entrer en éruption. Au même titre, deux surfaces articulaires peuvent glisser l’une sur l’autre ou peuvent s’impacter et ainsi provoquer des déformations articulaires pouvant être le siège d’une inflammation intra-articulaire comparable à une éruption volcanique. Tout comme les volcans, l’arthrose peut avoir une activité latente, ponctuelle, comme le Stromboli ou le Piton de la Fournaise, alternant période inflammatoire douloureuse puis accalmie. Cela peut se manifester par une crise d’arthrose inflammatoire aiguë (arthrite) avec douleur paroxystique comparable à l’éruption explosive du mont St Hélène. Mais tout comme les volcans d’Auvergne paisiblement endormis, la déformation arthrosique stabilisée peut revenir au calme et s’apaiser durablement. Vous pouvez ainsi faire un parallèle entre les […]
Lire la suite de l'article

La douleur, c’est comme une symphonie

A l’instar d’une symphonie, la douleur est complexe et multidimensionnelle. La nociception (signaux de danger) n’est pas la seule responsable de la douleur tout comme les violonistes ne représentent pas l’orchestre dans son entièreté. Vous rappelez-vous de ce sentiment de joie et les frissons qu’elle engendre lorsque vous vous sentez totalement emporté par la musique? Lorsqu’elle vous touche au plus profond de vous-même et que plus rien n’existe autour de vous, exceptés la mélodie et ce sentiment d’invincibilité? Nous l’avons certainement tous ressenti, mais pas au même moment que nos amis, voisins, famille… Et bien, la douleur, c’est la même chose. C’est une résultante d’un tas de phénomènes complexes qui sont propres à vous-même, vous et vous seul. En effet, nous avons tous nos préférences en terme de genre de musique, de compositeur, d’époque, d’instrument,… Si vous adorez la contrebasse depuis tout petit parce que cet instrument vous rappelle votre grand-mère qui en jouait en […]
Lire la suite de l'article

Le corps est adaptable

« Faire preuve de souplesse,s’adapter,épouser les aspérités,prendre appui parfois pour se consolider,se laisser façonner,poursuivre son chemin,sans répit … Pour survivre,il faut pénétrer au cœur du problème,ressentir au plus près les choses,quitte à prendre sur soi.Parce que l »arbre tordu vit sa vie,l’arbre droit finit en planche. » La santé est décrite comme un état de bien-être physique, mental et social (OMS). Régulièrement, la vie déséquilibre ce système : une blessure ou un accident qui fragilise le corps, des pressions au travail, des difficultés de couple ou tant d’autres évènements qui déstabilisent nos vies. S’installent insidieusement une perte de vigilance, des troubles du sommeil, du stress, et c’est le début du cercle vicieux. Le bien-être diminue voire disparait et c’est la douleur qui prend la place … au niveau de la nuque, des épaules … pendant un temps court (moins de 6 semaines), la douleur est dite « aiguë ». Mais parfois, cette douleur s’installe plus longtemps (plus de 3 mois), elle […]
Lire la suite de l'article

Atchoum

La douleur est une réaction du système nerveux face à une menace. Mais le système nerveux n’est pas le seul à réagir en cas de danger. C’est d’ailleurs le rôle principal du système immunitaire, qui détecte les menaces (virus, bactéries, blessures…) et réagit pour protéger le corps. Mais parfois, le système immunitaire s’emballe. Avez-vous des allergies ou connaissez vous des gens qui en souffrent ? Dans ce cas, le système immunitaire détecte des intrus qui ne constituent pas un danger (pollen, poils de chat, arachide) et déclenche une réaction qui peut être très forte (pensez à un enfant allergique aux arachides qui ne parvient plus à respirer à cause d’un œdème de la gorge suite à l’ingestion de cacahuètes). Le problème ici n’est plus l’intrus, mais le système immunitaire, devenu trop sensible ! Et savez-vous comment on peut améliorer les allergies ? Par de la désensibilisation, en prenant de petites doses de l’allergène pour que […]
Lire la suite de l'article

La douleur est comme un bouquet de fleurs

La douleur est multifactorielle. Ça signifie qu’elle dépend de nombreux facteurs. Elle est comme un bouquet de fleurs. Parfois, vous avez un grand bouquet de roses au milieu de votre salon. Il attire votre regard en permanence et vous sentez son odeur partout dans la maison. Il vous fait ressentir des émotions, et influence votre humeur, vos pensées et vos actions. Et ce bouquet finit par faner, et la vie reprend son cours. La douleur, après une blessure, fonctionne de la même manière. Elle accapare toute votre attention, vous fait vous sentir déprimé, vous provoque des pensées négatives et vous fait agir différemment de d’habitude. Et dans la majorité des cas, elle passe avec le temps, comme un bouquet qui fane… Mais parfois, la douleur persiste avec le temps. Comment expliquer cela ? Les roses ne faneraient-elles pas ? Si, bien sûr, mais elles cachaient en fait d’autres fleurs, qui forment un bouquet de toutes les couleurs. […]
Lire la suite de l'article

Expliquer la douleur – Et la suite ?

La fin de ce projet collaboratif débouchera sur la sortie de la version française Expliquer la douleur. Un accomplissement Avec vous tous qui avez œuvré à la réalisation de ce projet, avec vous qui m’avez soutenue au fil de ces mois, je peux célébrer cet accomplissement. La traduction avec ses relectures et corrections m’a demandé 190 heures de travail. Le projet collaboratif associé a nécessité 600 heures supplémentaires. Je suis heureuse que le livre soit en passe de paraître enfin. Malgré tout, je réalise qu’il n’est pas plus important que tous les moments partagés au cours du chemin. Je ne crois pas que ce soit dans une quête de réussite, de gloire ni de richesse que l’on trouve son équilibre. Ce qui me motive encore et toujours, c’est le fait d’appréhender les différentes dimensions du vécu douloureux afin de simplifier son abord, et de partager ces compréhensions. Une révolution en marche Un livre d’actualité? Cette […]
Lire la suite de l'article

Il faut parfois souffrir pour guérir

L’idée de cette phrase, que je dis souvent à mes patients, c’est de leur montrer que la douleur peut être un signal positif et nécessaire pour améliorer une condition, si celle-ci est comprise et contrôlée.  C’est une phrase simple qui sert à dédiaboliser cette notion, pour que les patients la voient comme quelque chose de bénéfique pour eux, et qu’ils aient moins d’appréhension, notamment lors de la réalisation de leurs d’exercices. Note à l’intention du lecteur : Le sens des mots devrait être expliqué par le thérapeute en complément. Auteur : Guillaume Chauvet Visuel de Hans Reniers on Unsplash Cette création a émergée lors du projet collaboratif autour de la traduction du livre Explain Pain – Expliquer la douleur. Venez découvrir d’autres créations ici !
Lire la suite de l'article