Recevez les nouvelles d’ABC Douleur
Oui ça m’intéresse !
formation douleur

Ma vision du futur, du béton à la transmission pérenne

Je m'appelle Marie Bacelon et j'ai créé ABC Douleur.

Pourquoi ABC Douleur ?

On pourrait dire que je suis arrivée là par hasard 😏. Mais que j'ai tout fait pour que ça arrive 😀!

Après un début de carrière kiné confortable, j'ai décidé de transmettre ma passion pour la révolution dans la prise en charge de la douleur. Voici quelques moments forts qui expliquent pourquoi mon parcours m'a amenée jusqu'ici, et ce qui me motive pour la suite.

En effet, rien ne me prédestinait à organiser des formations sur la douleur.

  • De formation scientifique, je m'étais lancée dans une carrière d'ingénieur dans le génie civil. Tête dans le béton, et mains dans les plans et les chiffrages (ou inversement 🤪).
  • Je me suis reconvertie en kiné libérale pour être autonome dans mon métier et choisir mes horaires. C'était tellement dur d'être à 8h au boulot 😴, moi qui suis du soir. Et, par dessus tout, j'apprécie cette situation d'entrepreneur-libéral qui gère sa production, son commercial et son administratif (à traduire en : son activité de soin, son relationnel patient et sa gestion-comptabilité-assurance).
  • J'ai trouvé mon équilibre et je me fais plaisir chaque jour à accompagner les patients qui viennent me consulter.

En bref, pourquoi aller développer autre chose ?

Quelle idée de me mettre en avant alors que je suis bien à faire mon petit bazar dans mon coin ?

Pourquoi me lancer dans une activité qui me demande de passer pas mal de temps sur l'ordinateur, alors que j'avais justement choisi l'option Génie Civil parce que c’était la seule à proposer des TP en extérieur ?

Pourquoi accepter de travailler le soir sur le contenu des formations, alors que j'adore bouquiner autre chose que sur des thèmes du boulot ?

Pourquoi ... ?

Parce que je trouve ça tellement riche d'avoir le retour d'un patient qui exprime que sa vie a changé grâce à ma prise en charge !

Parce que je trouve ça merveilleux d'échanger avec un collègue qui partage que sa posture de thérapeute a changé grâce à la formation avec ABC Douleur. Et qu'il se sent tellement bien maintenant professionnellement.

Parce que j'aimerais que tous les collègues vivent ce même cadeau. Parce que j'aimerais que tous les patients puissent avoir accès à une offre de soin équivalente.

Du coup, j'ai mis en place plusieurs étapes pour pouvoir transmettre ces techniques et ce contenu actualisés de prise en charge de la douleur :

  • après un diplôme d'ingénieur, puis un DE de kinésithérapeute, je me suis lancée en 2012 et j'ai validé en 2018 un MSc (180 ECTS) avec l’université d’Édimbourg sur la prise en charge clinique de la douleur,
Quelle émotion cette remise de diplôme à Édimbourg pour mon Master !
  • depuis 2015, j'ai organisé et traduit, puis co-présenté, 7 formations. Il s'agit des formations en partenariat avec le Neuro Orthopaedic Institute (NOI) : Expliquer la douleur et Imagerie Motrice Graduelle,
  • depuis le début de l'année 2019, je rentre dans un processus d’accréditation pour devenir instructeur du NOI,
  • en parallèle j'exploite mes compétences de marketing, organisationnelles et pédagogiques pour développer une communauté forte.

Ma vision

Ce concours de circonstances, provoqué par mes actions 😉, a une dimension bien plus vaste que l'organisation de formations ou le fait de former.

Le développement des neurosciences a permis d'établir des approches efficaces pour traiter la douleur, y compris la douleur chronique (ou persistante). Cette avancée révolutionnaire est connue depuis plus de 10 ans. Cependant nous rencontrons toujours dans nos cabinets des patients démunis face à leur douleur. Souvent leur parcours de soin est haut en couleurs. Cette réponse inadaptée apportée aujourd'hui aux personnes touchées de douleurs chroniques est inacceptable.

Je crois que nous dévalorisons trop l'approche d'éducation à la douleur, en argumentant qu'on n'élimine pas (pas toujours) la totalité de la douleur. Je crois que nous n'avons pas pris la mesure de l’efficacité de techniques ciblant les modifications cérébrales en lien avec des états douloureux. Pourtant, lorsqu'un antalgique ne réduit la douleur que de 2 ou 3 points (et encore, si jamais il a un effet), personne ne monte au créneau en disant: "il faut arrêter de prescrire des antalgiques".

Je crois que trop peu de thérapeutes perçoivent l'urgence d'un changement d'approche. Je crois que trop peu de particuliers trouvent facilement un thérapeute aguerri à ces approches.

Mon arme c'est l'information et la formation, vers les professionnels de santé et vers les particuliers.La connaissance est une arme de choix pour changer sa vision de la douleur, pour rouvrir des possibles, pour retrouver du plaisir dans la vie !

Mes lignes directrices pour ABC Douleur

J'ai une vision au-delà de la diffusion d'un message déjà existant, établi par le NOI et reconnu au niveau international. J'ai une vision claire de ce que je souhaite proposer avec ABC Douleur pour les professionnels de santé :

  • transmettre du contenu en français pour les francophones. En effet, j'estime qu'on ne perçoit correctement un message et ses subtilités que dans sa langue natale. On est alors dans une situation optimale pour le digérer et l'appliquer.
  • assurer une pérennité en commençant à formaliser les processus pédagogiques. Cela permettra d'anticiper la constitution d'une équipe de formateurs. Je trouve par exemple malheureux de voir le champ des formations professionnelles noyauté par des intervenants étrangers. Ils sont compétents et ont du contenu à transmettre, mais ça ne peut être qu'une étape. Quelle valeur ajoutée pour les générations futures ? Un processus de transmission pédagogique et de pérennisation d'un contenu en français est-il envisagé ? Comment fera-t-on quand Untel sera malade ou ne pourra plus se déplacer ?
  • développer du contenu en accord avec les besoins. Ainsi j'essaie, d'une part, d'échanger avec chacun d'entre vous pour comprendre vos attentes et vos problématiques. Ce qui me permet de proposer un contenu plus adapté. Et d'autre part, je trouve illusoire de penser qu'on peut appliquer les mêmes trames de prise en charge quel que soit le contexte de soin. Ainsi, le contexte économique de soin impacte la proposition thérapeutique. Il faut accepter que le temps disponible ou le bagage de formation continue du thérapeute puisse être différent. L'idée est de trouver les adaptations à chaque contexte. Sans porter préjudice à la qualité de traitement et sans dévaloriser l'acte de soin.
  • favoriser les échanges et la pluridisciplinarité. Chez ABC Douleur, les formations professionnelles sont ouvertes à tout professionnel de santé impliqué dans la prise en charge de la douleur et du stress. Au-delà des kinés, ce sont ainsi des ostéos, infirmiers, ergothérapeutes, APAs, médecins, psychomotricienne, neuropsychologue, monitrice éducatrice, orthophoniste, qui ont participé aux sessions de formation.

Vous avez des attentes et des problématiques à partager ? Vous souhaitez être informé-e de l'évolution d'ABC Douleur ? Pour s'inscrire c'est ici : je veux recevoir les nouvelles d'ABC Douleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *