Recevez les nouvelles d’ABC Douleur
Oui ça m’intéresse !

Douleur
chronique

La douleur peut être classée en aiguë ou chronique selon la durée depuis laquelle elle est présente. Généralement une durée de 3 mois fixe arbitrairement la frontière, mais certaines études cliniques se basent sur 6 mois. On pourrait aussi considérer la douleur chronique comme une douleur qui persiste au-delà du temps de cicatrisation des tissus touchés le cas échéant.

Ainsi le terme chronique ne renvoie pas à une notion de fréquence ni de gravité de la douleur mais uniquement à une notion de durée.

D’autres paramètres seront utiles pour définir la douleur, tels que l’intensité, le rythme (douleur constante ou non), les facteurs déclenchants et ceux qui la réduisent, ou encore les caractéristiques décrivant cette douleur (ex : rongeante, qui pique, brûlante, qui serre).

C'est dans
ma tête ?

La douleur peut aussi être caractérisée par son origine, comme une douleur musculo-squelettique (ex : tendinite, arthrose) ou une douleur neuropathique ou neurogène (lorsque les nerfs sont atteints ou impliqués). Cependant parfois l’origine est difficile à caractériser parce que, dans le temps, d’autres facteurs sont intervenus (ex : attitudes compensatrices, comportements d’évitement, peur de certains mouvements).

Ainsi l’origine tissulaire n’est plus la composante prédominante et ces facteurs connexes impactent fortement le ressenti douloureux (ex : contexte, environnement social et professionnel, relations avec le corps médical, soutien familial, émotions, pensées et a priori). Ainsi souvent dans le cas de douleurs chroniques des approches plus globales et multidisciplinaires (physiques et psychologiques) sont utiles pour réduire l’impact de la douleur.

Tout ressenti douloureux est une synthèse au niveau cérébral de différents facteurs (tissulaires, émotionnels, environnementaux). C’est bien là-haut dans votre tête que ça se passe mais rien de psychopathologique ou d’inventé : la douleur est toujours un ressenti personnel mais réel !

Mécanismes
centraux

Parfois même, la douleur n’a plus aucune logique. Elle vient, elle part, elle se déplace d’un endroit à l’autre.

Ces douleurs chroniques aléatoires et changeantes peuvent être associées à des perturbations des mécanismes centraux de contrôle de la douleur.

Il existe en effet une modulation de l’afférence nociceptive (= information de danger qui provient de la périphérie) qui monte pour être analysée au niveau cérébral. Cette modulation est présente à différents niveaux du système nerveux central (incluant la moëlle épinière, le tronc cérébral et le cerveau) et peut être soit excitatrice, soit inhibitrice.

Dans le cas de dysfonction, une hyperactivité des mécanismes excitateurs provoquera par exemple une augmentation du message nociceptif remontant vers le cerveau et ainsi une expérience douloureuse accrue. Un autre cas serait une expectative de douleur intense qui au niveau cérébral peut potentialiser la douleur ressentie.

Une autre dysfonction consiste en un déficit des mécanismes inhibiteurs descendants, où peuvent alors survenir des douleurs diffuses et accrues.