la douleur comme une expédition polaire - ABC Douleur

La douleur c’est comme une expédition polaire

Certaines caractéristiques, prises de conscience et stratégies sont similaires entre le vécu d’une expédition polaire et celui de la douleur. Rmq : photos de cet article avec l’aimable autorisation d’Erling Kagge. Stratégie(s) Dans une expédition au pôle Sud en solitaire, Erling Kagge, explique comment il se retrouve confronté à lui-même. Il n’y a pas d’échappatoire, personne autour, peu, voire pas, de bruit. Pour lui face à cette solitude, il existe deux stratégies : celle d’occuper, de combler l’espace, ou alors celle d’accepter de plonger en soi et d’en apprendre un peu plus sur soi. Ainsi face au silence, au mal-être, à l’inconfort, il est tentant de masquer le manque ou la gêne par une accumulation de nourriture, de bruit, d’agitation, de pensées canalisées… … pour surtout ne jamais vivre totalement cette expérience qui, pourtant, nous apprendrait peut-être quelque chose sur nous, voire nous doterait de stratégies d’adaptation nouvelles. Décrire un vécu Il précise aussi combien il est […]
Lire la suite de l'article

La douleur c’est comme acheter un vêtement

Face à la douleur, ou face à un vêtement, on choisit ce qui nous plaît par défaut. Cependant, souvent ça n’est pas ce qui nous va pour le mieux. Comment choisir un vêtement Pour certains, trouver une nouvelle tenue signifie choisir le vêtement qu’on a vu sur telle personne ou qui rend bien sur les photos de mode. Souvent aussi on sélectionne la couleur qui nous plaît, celle que l’on aime voir dans notre cadre de vie. On peut ainsi passer sa vie à s’habiller en choisissant ce qui est à la mode, ce qui fait bien dans notre contexte socio-professionnel, ce que la vendeuse nous incite à acheter… Mais qu’est-ce qui nous rend vraiment rayonnant-e ? Qu’est-ce qui nous met vraiment en valeur ? Dans quels vêtements se sent-on vraiment bien ? Vous pensez peut-être à ces émissions de transformation vestimentaire où la coach fait essayer à la personne des fringues qu’elle n’aurait jamais sélectionnées dans les […]
Lire la suite de l'article

La douleur c’est être comme un arbre

Les personnes douloureuses vivent parfois des situations de survie comparables à ce que vivent les arbres. Que feriez-vous si vous étiez coincé sur un territoire limité, exposé à la violence des éléments sans protection ni fuite possible, n’ayant d’autres ressources pour vous nourrir que ce qui se trouve sur place, incapable d’aller chercher ailleurs ? Une mission qui semble impossible ! C’est pourtant ainsi que certaines créatures terrestres vivent depuis près de 400 millions d’années. Voici l’introduction du documentaire Le Génie des Arbres d’Emmanuelle Nobécourt, qui a inspiré ma réflexion et cet article autour de l’analogie avec les personnes douloureuses. Ce documentaire décrit les capacités d’adaptation des arbres et leurs stratégies face à tous les climats et face aux situations les plus hostiles. Les arbres sont capables à un endroit donné de faire avec ce qui est disponible à cet endroit-là. Bruno Moulia, agronome physicien biomécanicien, directeur de recherche à l’INRAE, enclin à transmettre son émerveillement […]
Lire la suite de l'article

La douleur c’est comme un feu électrique

Faut-il toujours foncer tête baissée à vouloir l’éteindre rapidement avec tout et n’importe quoi ? De même, parfois face à la douleur, ça vaut le coup de prendre son temps. Faire un bon bilan, comprendre, avant de vouloir « éteindre le feu » permet ainsi d’optimiser l’approche. Avantages à prendre le temps Ne pas foncer tête baissée dans le problème permet de l’analyser. Guaton Computadora GIF from Guaton GIFs Solution rapide. Mais vraiment efficace ? Il serait par exemple intéressant d’explorer quelques éléments. Identifier les causes probables Les causes probables pourraient consister en des origines biologiques et tissulaires peut-être, mais aussi des potentiels impacts de facteurs psychosociaux. En tant que personne douloureuse, on n’a pas toujours pris conscience des facteurs déclenchants. Et cette étape d’identification peut prendre du temps. Avoir identifié des facteurs et des mécanismes de déclenchement n’est pas la seule approche en bilan. Cependant cette approche mécanistique est souvent la plus répandue au sein des professions de soin. […]
Lire la suite de l'article

La douleur c’est comme apprendre l’anglais

Peut-on apprendre à parler anglais sans parler ? Et face à la douleur, suffit-il de connaître la théorie ? Cette analogie est l’occasion d’une réflexion sur la finalité de l’apport d’informations et de conceptions nouvelles en thérapie. La transmission d’information n’est qu’une étape. La douleur comme apprendre à parler anglais Je parcourais le site d’une amie canadienne qui a monté son école d’anglais au Japon. Le texte d’introduction est parlant 😉 En traduction, ça donne en partie : Par exemple, dans le cas de la conduite d’une voiture, il est difficile de conduire même si vous étudiez la réglementation et les manières de conduire à l’aide de textes et que vous les comprenez dans votre tête. Vous ne pouvez pas conduire à moins de vous entraîner avec un volant et de vous en souvenir avec votre corps. J’aime beaucoup son analogie : pour conduire réellement, vous ne pouvez pas en rester au stade du pilote-papier (qui n’a fait […]
Lire la suite de l'article

La douleur c’est comme un labyrinthe

Pour arriver à sortir du labyrinthe, cela nécessite plusieurs compétences et éléments pratiques ainsi que des connaissances théoriques. Quand nous avons la bonne combinaison, on trouve plus facilement la sortie. Face à la douleur, c’est souvent comme dans un labyrinthe : on s’en sort mieux quand on s’associe (personne douloureuse et personne soignante) pour cibler les bonnes données et les bons outils. Le vécu Imaginons que je sois seule dans un labyrinthe. Je m’y étais déjà retrouvée il y a longtemps, mais je m’en étais sortie par chance, sans trop comprendre comment j’avais fait. Ainsi j’ai déjà l’expérience, je suis capable de décrire par exemple la hauteur des murs, les sons ou les odeurs, la fatigue ressentie après plusieurs heures à tourner… Certaines de mes descriptions sont un peu déformées par les souvenirs anciens. Je peux me rappeler de tel enchainement de tourne-à-droite et tourne-à-gauche. Mais, peut-être que dans mon souvenir, les lignes droites étaient plus […]
Lire la suite de l'article

La douleur comme une allergie ?

Cet article fait partie des nouvelles autour du changement de paradigme. Parfois le problème à résoudre ne réside pas tant dans l’analyse ou les approches mais dans notre point de vue. La façon dont nous voyons le problème est le problème. Stephen Covey Il est intéressant de revenir sur la notion d’allergie, son histoire et les différentes conceptions existantes, afin de faire un parallèle avec la douleur. Je me suis inspirée du reportage Tous allergiques ? de Patrizia Marani. L’allergie, notion d’apparition récente Avant les années 1900, on voyait l’asthme, le rhume des foins ou l’eczéma comme des pathologies indépendantes. Puis les notions de réaction allergique, d’allergène, de traitement antihistaminique ont progressivement été mises en lumière par la science. Il a alors avancé que chacune de ces conditions pathologiques pouvait entrer dans le cadre des allergies, c’est à dire faisant intervenir nos systèmes immunitaires. L’allergie comme un dysfonctionnement ? On pourrait considérer que l’allergie est […]
Lire la suite de l'article

La douleur c’est comme un film d’horreur 😱

Trivialement on pourrait dire que la douleur nous rend la vie insupportable et que ça devient l’horreur. Mais je voulais plutôt proposer ici une analogie entre les vécus de ces deux expériences. Votre premier film d’horreur Repensez au premier film d’horreur que vous avez visionné. Peut-être était-ce avec des copains de classe, comme un petit défi que vous vous étiez posé ? Ça s’est sûrement passé en fin de journée, dans un environnement tamisé, voire dans le noir. Vous rappelez vous alors de l’extrême sensibilité que vous aviez au moindre bruit ? Vous aviez fait valser votre bol de chips quand votre ami vous avait pincé l’orteil 😉 Et, au bruit dans la serrure, vous aviez imaginé votre fin… … alors qu’il n’annonçait que le retour de vos parents 😂 Après cette première expérience, soit vous avez décidé de ne jamais retenter l’expérience, soit vous avez aimé ressentir cette surexcitation et ce trouble juste après le film. […]
Lire la suite de l'article

La douleur, c’est comme une situation de crise

Dans cette situation de confinement, nouvelle pour la plupart des français, des solutions alternatives voient le jour. Notre réunion familiale par web conférence aujourd’hui m’a donné l’idée de cette nouvelle. Et puis je me suis aussi rappelé d’une vidéo marquante sur un exemple de réaction face à une autre situation de crise telle que la guerre. Et parfois, face à la douleur, on se retrouve face à une situation similaire, une situation jamais vécue, et face à laquelle on n’a pas de réponse toute prête déjà testée. Il y a plusieurs façons de réagir, et chacun fait ce qu’il peut. Nos expériences passées, notre environnement, notre capacité d’imagination, tout cela sont des facteurs qui influenceront les solutions et les réactions que nous aurons face à la situation. Les modes par défaut face à une situation menaçante Face à une situation que nous estimons (souvent inconsciemment) dépasser nos capacités d’adaptation, nous vivrons un épisode de stress. […]
Lire la suite de l'article

La douleur, c’est comme être ado, ça rend con !

Quand on est douloureux, parfois on ne raisonne plus comme avant, on oublie nos habitudes saines, et nos stratégies pour s’en sortir. Du coup, on pourrait dire que parfois la douleur ça rend con ! Je pourrais tout aussi bien écrire : la douleur c’est comme de retomber en adolescence ! On redevient con à ne pas vouloir écouter ni suivre les bons conseils, à vouloir tester par soi-même, y compris les stratégies malsaines, à vouloir tester le soutien des autres. Etre buté sur une stratégie inefficace En voici un exemple me concernant indirectement. Eh oui, en effet il est toujours plus difficile d’accepter que soi-même on est con… mais c’est plus facile à identifier chez l’autre. 😅 Mon compagnon s’est fait mal en bas du dos en fixant des étagères basses dans le dressing. Trois mois plus tard, on en parle encore. Il a l’impression que quelque chose « n’est pas à sa place », et il […]
Lire la suite de l'article