la douleur comme une expédition polaire - ABC Douleur

La douleur c’est comme une expédition polaire

Certaines caractéristiques, prises de conscience et stratégies sont similaires entre le vécu d’une expédition polaire et celui de la douleur.

Rmq : photos de cet article avec l'aimable autorisation d'Erling Kagge.

Stratégie(s)

Dans une expédition au pôle Sud en solitaire, Erling Kagge, explique comment il se retrouve confronté à lui-même. Il n’y a pas d’échappatoire, personne autour, peu, voire pas, de bruit.

Pour lui face à cette solitude, il existe deux stratégies :

  • celle d’occuper, de combler l’espace,
  • ou alors celle d’accepter de plonger en soi et d’en apprendre un peu plus sur soi.

Ainsi face au silence, au mal-être, à l’inconfort, il est tentant de masquer le manque ou la gêne par une accumulation de nourriture, de bruit, d’agitation, de pensées canalisées…

... pour surtout ne jamais vivre totalement cette expérience qui, pourtant, nous apprendrait peut-être quelque chose sur nous, voire nous doterait de stratégies d’adaptation nouvelles.

Erling Kagge en expédition polaire

Décrire un vécu

Il précise aussi combien il est plus facile de parler du quotidien partagé par les autres, que de son expédition difficile dans un milieu rare.

Il est tentant de penser qu’un continent où l’on ne peut pas voyager, et que l’on ne peut donc pas voir de près, a peu de valeur.

Erling Kagge, explorateur norvégien. Extrait de Quelques grammes de silence

A tel point que certains ne croiront peut-être pas à notre expédition sans photos à l’appui, pour prouver que ce continent existe bien.

De plus comment décrire notre vécu à d’autres qui ne l’ont pas expérimenté.

Certains feront un parallèle avec des vécus approchants : ils auront peut-être déjà skié dans leur vie, auront déjà eu froid aux mains, mais dans des contextes tellement différents. En effet, qui aura passé 50 jours à ski en autonomie et en solitaire dans un milieu reculé tel le pôle Sud.

D’autres minimiseront notre expérience parce qu’ils ne la conçoivent pas pour eux et ne peuvent donc pas l’imaginer chez d’autres.

Bref, même les mots ne seront pas suffisants pour décrire toutes les dimensions de notre vécu.

Perceptions

Par ailleurs, Erling Kagge remarque comment sa perception des choses change, combien il s’attache plus à de petits plaisirs du quotidien.

À la maison, j’aime me servir de larges portions. Ici j’apprends à goûter aux petits plaisirs : les ombres subtiles dans la neige, la brise légère, une boisson chaude, les formations des nuages.

Erling Kagge. Extrait de son journal de bord : écrit au jour 22 de son expédition au pôle Sud

A force, l'expérience présente s'enrichit de détails. Le blanc environnant laisse apparaître de multiples nuances de blanc-bleu, blanc-rouge, blanc-vert. Le sol, qui semblait plat à l'infini, s'habille de structures variées et de cassures dans la glace et la neige.

Principes pour avancer

Dans cette expérience personnelle et unique, avec ses difficultés quotidiennes, Erling Kagge révèle quelques principes pour faire son chemin.

Le secret pour atteindre le pôle Sud est de mettre un pied devant l’autre.

Erling Kagge. Extrait de Quelques grammes de silence

Ainsi ses choix sont :

  • d’avancer petit à petit, un pas après l’autre,
  • de se confronter à lui-même pour trouver ses réponses,
  • d’accepter parfois de provoquer plus de douleur pour du mieux.

Il est plus douloureux de faire revenir de la chaleur dans des membres gelés que de geler.

Erling Kagge. Extrait de Quelques grammes de silence

Parallèle avec la douleur

Si vous relisez cet article en remplaçant « expédition polaire » par « douleur » peut-être retrouverez-vous des sensations et expériences que vous connaissez, ou peut-être saisirez-vous un peu mieux le vécu de personnes douloureuses autour de vous.

Est-ce que cette analogie entre une expédition polaire et la douleur vous parle ? Voyez-vous des similitudes dans votre cas ou ceux de personnes autour de vous ?

N'hésitez pas à partager votre réflexion en commentaire !

Les articles et nouvelles d'ABC Douleur

A travers ces articles, métaphores et histoires vécues (romancées et adaptées parfois), je vous partage des outils et réflexions sur la douleur.

Vous pouvez aussi vous inscrire pour recevoir les nouveaux articles d'ABC Douleur directement dans votre boîte mail, avec une petite note personnelle associée. 🙂

Une réponse à “La douleur c’est comme une expédition polaire”

  1. Certains points de cet article vous parlent ou vous touchent ?

    N’hésitez pas à partager vos réflexions et vos expériences en commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *