Recevez les nouvelles d’ABC Douleur
Oui ça m’intéresse !
formation douleur

La douleur, c’est comme nettoyer la douche

La douleur, c’est comme nettoyer la douche 🚿, c’est plus simple à réaliser en étant dedans.

Comprendre le vécu d’une personne douloureuse

Parfois on ne comprend pas ce que vit notre conjoint, notre enfant, notre ami ou un patient douloureux. Certaines attitudes, plaintes, requêtes nous énervent, souvent parce qu’on ne voit pas le bien-fondé ou l’utilité d’une telle démarche.

Tout serait plus clair et compréhensible si nous étions à sa place, si nous vivions cette douleur de l’intérieur !

Avez-vous déjà essayé de laver votre douche 🚿 en restant habillé-e ? Tant qu’on passe le produit pas de problème. Mais quand il faut s’approcher pour frotter, rincer de temps en temps et re-frotter, on peut s’évertuer à rester en dehors, en essayant d’éviter la moindre éclaboussure : ça ne marche pas bien !! On ressort avec les bouts des manches et les chaussettes trempées !

Si on veut vraiment frotter à fond, rien de mieux que d’être dedans, parfois même de s’accroupir, de plonger dans l’expérience. Ainsi le plus simple c’est d’y être dans la douche 🚿, parfois à poil, vulnérable. C’est là qu’on vit les choses au mieux et qu’on arrive à accéder à tous les recoins.

Face à la douleur, c’est parfois la même chose, on ne peut trouver une proposition pour aider notre interlocuteur douloureux que si on comprend ce qu’il vit.

Pour évoluer, ça serait bien que je puisse le vivre !
En fait, à partir du moment où tu as ressenti un petit peu ce que ressentent tes patients, je pense que tu changes dans ta manière de faire, et que tu as une curiosité qui s’éveille.

Une confrère kiné

Expérimenter la douleur

S’immerger dans l’expérience est une façon extrême mais tellement enrichissante. Cependant, heureusement, il n’est pas obligatoire de vivre toutes les douleurs et toutes les souffrances du monde pour comprendre l’autre.

Malgré tout, vivre une expérience douloureuse fortuite avec un regard extérieur pourrait être une belle expérience d’apprentissage. Une douleur vécue comme acteur et spectateur analysant le vécu 🧐, essayant de comprendre le vécu des autres.

Photo by Serrah Galos on Unsplash

Comprendre n'est pas vivre l'expérience de l'autre

L'idée de vivre l'expérience est surtout, à travers ses expériences propres, d'en arriver à mieux comprendre l'autre.

Premièrement, l'objectif n'est donc pas de se créer une douleur ou un traumatisme pour voir ce que ça fait. Mais plutôt de se remémorer nos propres vécus antérieurs de douleur pour trouver des parallèles et mieux imaginer ce que vit la personne douloureuse. Peut-être vivrons-nous aussi différemment la prochaine migraine ou le prochain mal de dos, avec en arrière plan l'idée d'analyser notre vécu sous un autre jour.

Par ailleurs, cela me fait penser à une attraction que nous avons expérimentée au Futuroscope de Poitiers. Dans Les Yeux Grands Fermés, vous êtes guidés par des non-voyants dans un parcours dans le noir complet. Devoir monter dans une barque ou traverser la rue à New York sans rien voir est une expérience virtuelle et ponctuelle il est vrai, mais qui aide à mieux saisir ce que vivent les non-voyants.

De la même façon en tant que soignant ou aidant d'une personne douloureuse, l'idée n'est pas de devenir non-voyant, ni douloureux. L'important est de pouvoir mieux comprendre ce que ressent l'autre.

Finalement, certaines personnes ont la capacité de s'immerger dans une expérience. Peut-être vous arrive-t-il après un film prenant de vous sentir remué, de ne pas bien dormir, peut-être de faire des cauchemars, voire d'avoir un arrière goût au réveil d'émotions qui ne vous appartiennent pas ?

De même, face à l'autre en souffrance, il peut vous arriver de trop ressentir ce que ressent l'autre. C'est toute la différence entre empathie et sympathie. Selon notre sensibilité, il peut être nécessaire de mettre en place des stratégies pour ne pas trop « prendre » le ressenti de la personne douloureuse face à nous.

Savoir exprimer son ressenti

Cette double casquette de personne vivant la douleur et de spectateur est aussi une compétence que doit acquérir la personne douloureuse. En effet, face aux questions des proches, des professionnels de santé, on doit exprimer ce qu’on ressent. C’est parfois tellement dur de mettre notre douleur en mot.

« j’ai mal »

« oui, mais comment, décrivez-moi votre douleur »

« j’ai très très mal »

Quand on se sent démuni à ne pas trouver les mots, à buter sur nos explications, parfois trouver une analogie peut aider notre interlocuteur à comprendre notre vécu.

On peut par exemple faire une comparaison avec une expérience vécue : « c’est comme quand j’ai mal aux jambes après avoir marché en montagne » ou « c’est comme une rage de dents ». Quand cette expérience est communément vécue, ça aide souvent notre interlocuteur à savoir de quoi on parle.

Parfois notre référence n’a pas été vécue ni par nous ni par notre interlocuteur mais ça l’aide à mieux saisir notre vécu : « c’est comme si ma tête était dans un étau ».

Parfois même notre métaphore n’a rien à voir avec la douleur : « j’ai l’impression que c’est comme une pelote de laine emmêlée ». Tous vos interlocuteurs ne rebondiront pas sur votre description mais je vous souhaite de rencontrer ceux qui le sauront.

Enfin, il nous arrive d'avoir une perception et une sensibilité telle que notre expression sera plus facile en images, en couleurs, en sensations (comme un ressenti de taille, de positionnement...).

Les articles et nouvelles d'ABC Douleur

A travers ces articles, métaphores, histoires vécues (romancées et adaptées parfois) et réflexions partagées, mon objectif est de vous aider.

De vous aider, vous, particuliers vivant la douleur ou accompagnants d’un proche douloureux. De vous aider à peut-être comprendre la douleur différemment, à avoir des pistes pour la décrire, et peut-être des pistes pour l’aborder.

De vous aider, vous aussi, professionnels de santé et thérapeutes. De vous aider à conceptualiser la douleur parfois différemment de vos acquis, à mieux comprendre le vécu des patients et peut-être à adapter votre positionnement.

Certains points de cet article vous parlent ou vous touchent ? N'hésitez pas à partager vos réflexions et vos expériences en commentaire.

Vous pouvez aussi vous inscrire pour recevoir les nouveaux articles d'ABC Douleur directement dans votre boîte mail, avec souvent une petite note personnelle associée. 🙂

6 réponses à “La douleur, c’est comme nettoyer la douche”

  1. C’est tellement plus simple de nettoyer la douche après chaque utilisation. Est-ce que ça pourrait être aussi une analogie?
    Un peu comme pour une tasse de thé, qui est vraiment facile à nettoyer après l’avoir bue. Mais si tu la laisses sécher ou, pire, si tu en reprends une nouvelle et que tu laisses les tasses s’accumuler, le nettoyage sera bien plus difficile !
    Mon arrière grand-tante a été fortement contrariée le jour où quelqu’un a nettoyé sa théière ! Elle pensait que la théière donnait une meilleure tasse de thé si on ne la lavait jamais… Je ne sais pas si on pourrait faire le parallèle avec l’histoire de la douche.

    cleaning the shower is also much easier if done after each shower, could that be an analogy?
    A bit like a cup of tea, which is really easy to clean straight after drinking but if we leave it dry out, or worse still have another cup or many before cleaning, the cleaning becomes much more difficult!
    My great-great-aunty got extremely upset one day when someone cleaned her tea pot! She believed that the tea pot made a better cup of tea if never cleaned. Not sure that could be applied to the shower scene.

  2. Merci Martin pour ce partage de réflexion. Je pense qu’on peut multiplier les analogies à l’infini !

    Celle que tu proposes sur le fait de nettoyer régulièrement pour réduire les complications pourrait être utilisée pour insister sur le besoin de prévention et de régularité (concernant une attitude saine à adopter par exemple).

    Et l’histoire de ton arrière grand-tante avec sa théière pourrait par exemple être utilisée pour illustrer que même avec l’âge et l’usure, l’expérience accumulée te rend meilleur !

  3. C’est intéressant cette distinction entre le fait de nettoyer qui aide à entretenir et le nettoyage qui dégrade.

    J’ai une poêle à omelette qui n’est jamais nettoyée. Je dois la cacher quand ma belle-mère arrive, sinon elle sera briquée à mort et alors c’est parti pour les omelettes dégueulasses.

    D’un point de vue « analogie », la théière est comme l’éducation à la douleur, tu ne peux pas obtenir au premier usage la finesse d’une bonne infusion. Tu ne peux pas percevoir les différentes couches de l’éducation à la douleur en une session, il faut y revenir plusieurs fois.

    Quant à la poêle à omelette, elle ne doit pas être manipulée par ceux qui ne sont pas sensibilisés à son usage spécifique.

    Merci pour la stimulation, Marie. Parfois une analogie peut mener à une autre analogie, et la boîte à histoire s’enrichit !

    The idea of distinguishing when cleaning helps to maintain, and when cleaning deteriorates is an interesting one.
    I have an omelette pan that never gets cleaned and i have to hide it from my belle mere when she comes, otherwise, cleaned to an inch of its life, and crappy omelettes follow.
    Analogy time, the tea pot is pain education, you can’t create the taste of a great brew on first use. You can’t appreciate the many layers of pain education in one session, many sessions are needed.
    The omelette pan, is the omelette pan and needs to be left alone by those who are not educated in its purpose.

    Thanks for the stimulation Marie, sometimes analogy’s can lead to other analogy’s and the thread gets bearer.

  4. Bonjour Marie,
    Merci beaucoup pour ce billet … humide cette fois ci !
    Ça me fait penser au temps ceci … combien de patients(tes) ont mal au changement de temps et à la fameuse humidité !!!
    Et donc nous pouvons aussi jouer sur le temps par analogie lors de nos échanges avec nos patients.
    De mon côté, quand le patient a du mal à définir sa douleur alors je joue sur le temps en leur demandant:
    « Alors quel temps fait il aujourd’hui dans votre corps ? » et ensuite je demande et dans votre cerveau ? Et après je joue dessus pour comparer les 2 entités !
    Concernant ton billet, c’est fort intéressant la douche, car derrière on peut s’amuser à parler de bain, d’eau, de chaleur et donc de bien être !
    Merci pour tout ce travail et ces avancées
    Bonne soirée
    Amitiés
    Lionel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *