Expérience dans la pratique clinique - Réflexion ABC Douleur

L’expérience vs la théorie ?

Réflexion sur la notion d’expérience dans le cadre clinique.

Souvent, j’entends une opposition franche entre les pratiques basées sur les preuves scientifiques, d’une part, et les compétences acquises au fil de l’expérience d’autre part. Souvent, je perçois comme un fossé entre des générations qui portent aux nues le moindre article publié, face à d’autres qui engrangent des pratiques qui ont fait leurs preuves en clinique.

Et s’il existait un juste milieu ? Quelle est la place de l’expérience ? Comment faire pour acquérir plus rapidement de l’expérience ?

Qu’est-ce que l’expérience ?

L’expérience ne peut pas se limiter à une accumulation d’années d’ancienneté. Pour avoir bossé en entreprise, je sais combien ce critère d’années d’expérience peut être délétère quand il est le seul permettant d’obtenir de l’avancement.

L’expérience est pour moi plutôt un apprentissage cumulatif.

Cet apprentissage comprend différents pans :

  • celui de l’accroissement de dextérité dans les gestes techniques,
  • celui de l’intégration des déroulés et enchaînements de gestes, postures et échanges, afin d’arriver plus aisément (voire plus rapidement) à un acte efficace (par exemple un bilan utile, un traitement adapté, une prise de décision clinique éclairée),
  • celui de l’observation se soi et des autres pour affiner ses interactions et ses apports cliniques.

Il y a littéralement une opposition entre expérience et données théoriques. L’expérience est en effet un vécu, une confrontation à la pratique. Par définition, le terme signifie à la fois le fait même d’expérimenter mais aussi le résultat de cette acquisition.

L'expérience peut aussi découler d'un vécu personnel. Elle se présente alors comme une expérimentation individuelle qui gagnera en envergure lors de la confrontation à la théorie. Il faudra ainsi se questionner, rechercher et ordonner les éléments objectifs et transposables.

Atout quand elle est utilisée pour se mettre en empathie avec l'interlocuteur, notre expérience personnelle devient parfois un obstacle. En effet, nous risquons de nier le vécu individuel et différent du nôtre, voire de nous enfermer dans un schéma unique calqué sur notre épreuve.

Comment augmenter son capital expérientiel ?

Et si l’expérience pouvait s’acquérir plus rapidement que les années !

Répétition

Concernant les gestes et actes techniques, la répétition est la clef. Répéter, refaire, adapter, optimiser… On peut accélérer ce processus d’apprentissage en se concentrant sur des prises en charge identiques.

Réflexion

Quant aux habitudes et routines de prise en charge, la répétition peut être alimentée d’un travail de réflexion en amont.

Pourquoi met-on en place ce geste, quel est son but final ?

Comment peut-on l’optimiser ?

Que ressent-on en agissant, que ressent le receveur ? Comment améliorer ces vécus respectifs ?

Une auto-analyse au cours de la mise en œuvre peut aussi étoffer la réflexion.

Observation

Enfin l’observation permet d’accélérer l’acquisition d’expérience. Il peut s’agir de l’observation de pratiques chez les autres, mais aussi d'échanges et d'enrichissement via les retours d'expérience des autres.

De façon individuelle, la prise de recul pour analyser ses propres actions est un outil essentiel.

Les trois questions qui, personnellement, me font le plus avancer, sont :

  • Pourquoi ?
    • Pourquoi suis-je là, que puis-je apporter ? Pourquoi dois-je/ vais-je faire ceci ? Quel est mon cadre d’analyse, est-ce le seul possible ? Quel est le but recherché, est-ce la meilleure façon d’y arriver ? Que vais-je ainsi apporter à mon interlocuteur, est-ce quelque chose qui a du sens pour lui ?
  • Quelles émotions cela déclenche-t-il chez moi ?
    • Il me semble que les grands freins à l’apprentissage et l’évolution tiennent dans la peur, la suffisance ou la lassitude. Ainsi dès que j’identifie de la crainte, de la fierté ou un désengagement, je mets en place un plan d’action.
    • Par ailleurs, le vécu de nos interlocuteurs peut aussi résonner avec nos propres vécus, et faire émerger des émotions. Dès qu’une de nos réactions semble trop vive, il est bon de se demander si ça n’est pas notre vécu qui prend le dessus (et tout faire pour l’apaiser pour la suite).
  • Ai-je suffisamment écouté ?
    • Comment pourrais-je comprendre plus facilement, plus rapidement, la demande de mon interlocuteur ? Suis-je suffisamment dans l’écoute : à vouloir comprendre, avant même de vouloir répondre ou reprendre la parole ?

Pourquoi l’expérience est indispensable ?

Il faut pratiquer. La théorie est insuffisante.

Le proverbe empirique qui dit: "C'est en forgeant qu'on devient forgeron" est un proverbe de vérité, car il est plutôt rare, en effet, qu'en forgeant, un forgeron devienne petit télégraphiste ou mannequin de haute-couture.

Pierre Dac

L'expérience permet de tester les recommandations théoriques, de les confronter aux cas cliniques uniques rencontrés en pratique. Ainsi elle vient alimenter le processus de réflexion clinique.

Elle est indispensable pour véritablement acquérir un savoir-faire.

Est-ce que cette réflexion sur nos positionnements professionnels vous interpelle ? Voyez-vous les choses différemment ?

Avez-vous l'impression d'être riche d'expérience(s) ? Ou avez-vous l'impression de manquer d'expérience ?

N'hésitez pas à partager votre réflexion en commentaire !

Les articles et nouvelles d'ABC Douleur

A travers ces articles, métaphores et histoires vécues (romancées et adaptées parfois), je vous partage des outils et réflexions sur la douleur.

Vous pouvez aussi vous inscrire pour recevoir les nouveaux articles d'ABC Douleur directement dans votre boîte mail, avec une petite note personnelle associée. 🙂

5 réponses à “L’expérience vs la théorie ?”

  1. Certains points de cet article vous parlent ou vous touchent ?

    N’hésitez pas à partager vos réflexions et vos expériences en commentaire.

  2. Bonjour Marie
    Je suis à chaque fois séduite par ton analyse et ta capacité à pointer l’essentiel en quelques lignes éloquentes. Merci !
    Je te rejoins complètement. L’expérience est porteuse de beaucoup de motivation et d’évolution si elle permet de conscientiser le vécu et en tirer des points forts et des points d’apprentissage, des perspectives d’amélioration. Ce processus stimulant évite la routine au fil des années et permet de rester dans la position de la découverte : « se regarder par la fenêtre passer dans la rue ».
    La formation continue est aussi un beau moteur d’évolution. Cela permet d’être humble et partager son expérience comme une expérience parmi d’autres. Myriam

  3. Merci Myriam pour ce retour et l’apport d’analyse 🙂

    Dans le processus de développement et d’apprentissage au long de la vie, l’expérientiel est en effet un bel outil.

    Il est vrai qu’on peut aussi se nourrir de l’expérience des autres (ex: via des écrits, des échanges, des formations), mais je crois aussi que, dans ces cas, un travail personnel est nécessaire pour s’en nourrir au mieux. En effet, n’ayant pas vécu directement l’expérience, seule une implication active (ex: via des questions, une reformulation, un engagement physique comme la mise en application pour le vivre soi-même…) permettra de s’approprier les apprentissages qui en découlent.

    Marie

  4. Bonjour Marie,
    Toujours très intéressée par vos articles! Ce qui m’a interpellée dans votre analyse, ce sont les 3 questions qui vous font avancer! Et je vous dit Merci. Dans le contexte actuel, en tant que professionnel de santé il y a une tendance au décrochage… Effectivement j’ai tendance à laisser de côté mes projets de développement de mon activité mis en place en 2017, conséquence d’une expérience acquise au cours du temps et aussi liée à des échanges et rencontres et reprendre une routine qui ne me sied point du tout faute d’énergie. Bien sûr je ne suis pas du genre à lâcher… Toutefois il en faut de l’énergie pour s’y remettre actuellement… Vos questions vont me permettre d’avancer à nouveau. Merci encore.
    Véronique

  5. Merci Véronique pour ce retour et ce partage honnête de vécu.

    Pour moi, être professionnel de santé, d’autant plus en libéral, nécessite une « hygiène de vie » identique à celle d’un entrepreneur. C’est à dire que pour se sentir bien dans son quotidien professionnel, je crois qu’il faut par exemple régulièrement revenir à des questions de positionnement (pourquoi, vers quoi, dans quel but). Je pense aussi qu’en plus d’être obligatoire (sans développer plus cette notion), le développement professionnel est une source d’énergie et d’intérêt renouvelés. La difficulté est de trouver seul-e la motivation, d’où aussi mon idée de partager mes réflexions à la communauté ABC Douleur.

    Nous aurons sûrement l’occasion d’en rediscuter : ce sont des thèmes qui me tiennent à cœur 🙂

    Je vous souhaite de belles réflexions pour retrouver cette énergie !

    Marie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *